Le Grand jeu : arc chiite, An I

Le Grand jeu : arc chiite, An I

Vue par le Grand jeu, l’implacable mise en place d’un arc chiite à la frontière irako-syrienne par les forces loyalistes avec l’aide de l’aviation russe.


Il y a de ces coïncidences parfois… Nous avons vu dans le dernier billet que l’explosive jonction de l’armée syrienne et des SDF kurdisées sur Deir ez-Zoor pouvait signifier un futur affrontement ou une entente en amont concoctée par le Donald et Vladimirovitch, ce dernier assurant d’ailleurs ses arrières en envoyant des tonnes d’équipement militaire supplémentaire en Syrie.

Ce clair-obscur présageait en tout cas moultes tensions et surprises, et ça n’a pas raté. Depuis hier, on parle beaucoup d’un bombardement russe (peu probable) ou syrien sur des positions SDF avancées, sans que l’on sache bien encore s’il s’agit d’une énième intox :

Arc chiite, an I

C’est dans ce contexte que l’on apprend, et c’est tout sauf un hasard, que le 4+1 a décidé de passer la vitesse supérieure le long de la frontière syro-irakienne, pierre angulaire de l’arc chiite potentiellement (re)constitué.

Du côté syrien, l’armée et le Hezbollah ont, avec le précieux soutien de l’aviation russe, relancé les opérations vers Al Bukamal / Al Qaïm, point nodal crucial de la recomposition moyen-orientale. Dans le même temps et en parallèle, de l’autre côté de la frontière, l’armée irakienne et les UMP chiites ont libéré la zone d’Akashat.

Arc chiite an I B

La coordination avec Damas semble évidente. Difficile également de ne pas y voir une conséquence directe de l’avancée kurde sur Deir Ez-Zoor…

Toujours est-il que, à ce rythme et au vu de l’effondrement daéchique, l’alliance chiite ne devrait pas tarder à arriver en vue d’Al Bukamal / Al Qaïm. La prise de ce dernier bastion califal ne sera certes pas chose aisée, mais c’est la grande image qu’il faut prendre en compte : suppression définitive du corridor sunnite nord-sud et mise en place de l’arc chiite est-ouest. Au grand dam de qui vous savez.

=> Source : Le Grand jeu

Partager ce billet

L'observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient