Paris 5 mai 2018, le “Grand débordement” : faire sa fête à Macron

Paris 5 mai 2018, le “Grand débordement” : faire sa fête à Macron

C’est François Ruffin, encore lui (les Nuits debout, c’était déjà lui), qui a lancé l’idée : le samedi 5 mai, ce sera jour de “Grand débordement”, on monte tous à Paris faire sa fête au Macron.

Ce n’est ni un parti politique, ni un syndicat qui sont à l’initiative de ce projet de manifestation nationale, mais les citoyens, précise Ruffin dans un entretien avec le site Reporterre.

« La convergence des luttes [entre cheminots, étudiants, Ehpad…] ne suffit pas. Aujourd’hui, il y a des tas de gens qui ne sont pas en lutte mais qui ont le désir d’autre chose, qui ont l’aspiration à ce que leurs vies ne soient pas cadenassées par l’économie, la technologie, la quête permanente du profit. »

Pour allumer un incendie, faut déjà craquer des allumettes

Le coup est osé. Ce n’est pas une mince affaire d’organiser une manifestation d’importance nationale en moins d’un mois. Mais après tout, qui ne tente rien n’a rien. On sent bien monter en ce mois d’avril une colère et un ras-le-bol populaire contre les agissements socialement catastrophiques des salopards au pouvoir.

Mais encore aucune organisation, ni politique, ni syndicale, pour avoir pris une initiative aussi hardie (même si Jean-Luc Mélenchon en a plusieurs fois formulé l’idée). Que tous ceux-là prennent enfin leurs responsabilités et embraient maintenant sur la chouette idée de Ruffin.

Il y a un moment, il faut savoir ce qu’on veut. Qu’a-t-on à perdre ? Pour allumer un incendie, faut déjà essayer de craquer des allumettes. Pour moi, c’est décidé, je relaie l’idée et j’ai déjà signé la pétition d’appel au 5 mai pour faire sa fête à Macron. Signez vous aussi, partagez l’info et préparez vos sandales pour le 5 mai (il fera beau).

Cliquer sur l’image pour signer la pétition “Faire sa fête à Macron”

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.