Commission d’enquête parlementaire délocalisée à l’EHPAD de Foucherans

Foucherans.jpg

Les aides-soignantes de l’EHPAD de Foucherans (Jura) sont en grève depuis cent-seize jours. La rencontre des grévistes avec François Ruffin et Caroline Fiat a été filmée.

Dans cette vidéo il y a bien sûr les aides-soignantes des Opalines que l’on entend le plus souvent. Mais il y a aussi des familles de personnes âgées résidentes dans cet EHPAD, établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes. Il y a aussi des anciennes salariées qui ont quitté l’établissement et qui témoignent d’une situation ancienne. Il y a des syndicalistes, les maires de communes voisines qui donnent une partie de leur indemnité aux grévistes et puis aussi des gens du coin qui apportent de la nourriture et de l’argent.

C’est une vidéo longue, c’est vrai. Sans montage. Un document brut. Mais elle mérite vraiment d’être vue et le compteur de vues qui monte à toute vitesse est là pour témoigner de son intérêt.

Ce que font Caroline Fiat et François Ruffin en venant à Foucherans, c’est bien plus que soutenir des aides-soignantes en lutte qui savent qu’elles seront virées pour avoir fait cette grève. Ils projettent une lumière crue sur notre société mue par la cupidité. Tout est bon pour faire du fric. Y compris stocker des vieux. Et ça paie bien : les Opalines génèrent un bénéfice annuel de près de quatre-cent-mille euros pour soixante-dix-sept résidents. Tu multiplieras par les quelques trois douzaines d’établissements du groupe et tu comprends pourquoi le pédégé pressure si bien les aides-soignantes avant de les jeter.

La vidéo :

— Combien de stagiaires ont fait le travail d’aide-soignante parce qu’il n’y avait pas assez de monde et qu’on était en sous-effectif ? On les a laissées toutes seules les gamines ! Toutes seules à s’occuper d’un étage !

— Ce n’est pas une affirmation en l’air ? Une stagiaire s’est retrouvée toute seule comme ça à s’occuper d’un étage ? demande François Ruffin.

— Mais c’est pas une, c’est toutes les stagiaires ! répondent en chœur les aides-soignantes.

Partager ce billet

Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.