Démocratie directe : des députés (insoumis) dans la rue

FI_Republique_12_juillet.jpg
Rassemblement populaire avec Jean-Luc Mélenchon et les élus France insoumise place de la République à Paris le 12 juillet

À l’Assemblée, on n’entend qu’eux, on ne voit qu’eux. Et les voilà maintenant qui descendent dans la rue pour venir au contact des gens ordinaires et s’expliquer avec eux. Eux, ce sont les 17 députés de la Franc insoumise.

Le 12 juillet, les élus de la France insoumise se sont retrouvés place de la République à Paris pour s’expliquer avec le peuple sur leur position contre la réforme en cours du Droit du travail.

D’autres manifestations étaient organisées par le réseau des militants aux quatre coins de France, à Lyon, Bordeaux, Rennes, Marseille et dans quantité d’autres villes de moindre importance.

FI_Vannes_12_juillet.jpg
Rassemblement populaire organisé par la France insoumise à Vannes (Morbihan) le 12 juillet

<< Spectacle ! >> ont crié les assis « en marche » du Palais bourbon et du Sénat, eux qu’on n’entend pourtant quasiment jamais, ni dans les travées de l’hémicycle, ni dans les commissions.parlementaires.

Vers l’inversion des normes parlementaires ?

En réalité, en descendant dans la rue au contact des citoyens, c’est bien une nouvelle forme de démocratie, en même temps qu’une stratégie politique originale, que mettent en œuvre les élus agissants de la France insoumise :

  • en introduisant une dose de démocratie directe dans ce qui n’était plus qu’une démocratie représentative à la mode godillots ;
  • en palliant leur infériorité numérique à l’Assemblée par une présence accrue auprès du peuple d’en bas ;
  • en attirant tout particulièrement l’attention de cette large majorité de citoyens si dégoûtés par leur « représentation nationale » qu’ils ne se sont même pas déplacés pour l’élire en juin dernier.

Pour peu que la mayonnaise prenne, pour peu qu’exaspérés par les premières mesures acceptées via ordonnances par une « majorité écrasante » de députés élus par moins de 20% des électeurs inscrits, il est des « spectacles de rue », données par une minorité agissante, qui pourraient bien tourner à l’inversion subversive des normes parlementaires. Un prêté pour un rendu avec l’inversion des normes sociales dans le monde du travail décrétée par le gouvernement Philippe.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête du monde d'après.