Deborah, prof bénévole de français langue étrangère

Photo_IsabelleSerro.jpg

C’est une photo qui attire le regard ! Et, comme pour un meuble à monter, tu as bien besoin de la notice pour démêler le bazar…

Isabelle Serro est une photographe qui traîne souvent ses appareils dans des coins où la mondialisation est malheureuse. On suit sa page Facebook faute de mieux. Faute de mieux parce que ce serait quand même bien que la grande presse utilise davantage le travail des photographes indépendants comme elle. On achèterait plus de magazines si on y voyait moins souvent la tête du petit pharaon Macron et plus de photos aussi intéressantes que celle-ci.

On va Porte de la Chapelle. Cours de français langue étrangère en plein air.

[…] J’avais d’abord traversé, enjambé auparavant toutes ces tentes avec, dans l’air, une odeur d’urine […] Puis ce morceau de trottoir, véritable ilot pour ces personnes exilées assises à même le sol avec ou sans chaussures aux pieds, qui l’espace d’une heure font fi de tout ce qu’il y a autour d’elles. Tout cela grâce à Deborah, de nationalité anglaise, qui vient leur enseigner quelques phrases en français.

Le bruit de la circulation intense ne semble pas atteindre toutes ces personnes désireuses d’apprendre la langue d’un pays qui ne fait rien pour les accueillir dignement.

Je suis restée scotchée là un moment tant cette scène me semblait irréelle.

Apprendre la langue d’un pays qui vous traite si mal ! Quelle leçon encore là j’ai reçue ! […]

Je me suis installée pour prendre le temps d’échanger avec Deborah, de comprendre son parcours, sa démarche humaniste.

« Je m’habille comme cela pour que toutes ces personnes me reconnaissent, pour qu’elles puissent me voir de loin car, si elles ont besoin de moi, elles peuvent très rapidement me localiser. Et puis aussi cette tenue colorée me permet d’apporter de la couleur dans cet enfer, de favoriser les échanges qui demeurent ici très compliqués malgré tout. […]  »

=> Source : Isabelle Serro.

Je ne puis terminer sans t’informer de la nouvelle du jour. Respire un bon coup avant de lire la suite parce que c’est du bien dégueulasse.

Anne Hidalgo, maire de Paris, fait installer des clôtures pour que les escaliers du quartier ne puissent plus servir de gradins-salles de classe pour les négros et autres bougnoules qui veulent apprendre le français. Anne Hidalgo ? Que son nom soit maudit jusqu’à la fin des temps !

Partager ce billet

<p>Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.</p>