Le Grand jeu : débilandia

debilandia_1.jpg

Si ce que compte l’histoire occidentale de grands Hommes pouvaient renaître à notre époque, nul doute qu’ils se prendraient la tête à deux mains et choisiraient de retourner fissa dans l’au-delà.

Imaginez un Richelieu ou un De Gaulle devant le spectacle affligeant du systèXXX

debilandia_2.jpg

D’abord, pourquoi inviter Poutine, dans les fastes de Versailles qui plus est ? Notons que, mis à part le traditionnel voyage du 15 mai à Berlin pour retrouver Merkel, c’est le premier dirigeant étranger que rencontre Macron dans un format bilatéral (les discussions avec Trump, Trudeau, Erdogan & Co ayant eu lieu en marge des sommets de l’OTAN et du G7). Relevons également que la somptueuse réception du “tsar de toutes les Russie” au château du roi-soleil n’a pas été du goût des habituels thuriféraires du système impérial.

Ainsi, le président français était demandeur, ce que l’enguirlandement médiatique fanfaron tente d’occulter. Parmi les raisons évoquées, les contre-sanctions russes dont on ne parle jamais mais qui touchent durement l’agriculture française. Nous l’évoquions il y a deux ans :

Quasiment passé sous silence dans notre presse “libre”, le très sérieux rapport d’un institut autrichien qui montre que les sanctions et contre-sanctions sont susceptibles de faire perdre à la France 150 000 emplois et deux millions d’emplois à l’Europe !

Le Figaro, qui était l’un des commanditaires du rapport, n’a pu le cacher. Mal à l’aise, il a tenté de dédouaner la politique suicidaire de l’UE en blâmant la << crise économique russe > alors que c’est évidemment le régime de sanctions et contre-sanctions, et lui seul, qui est responsable de ce désastre.

Autre motif de dégel : les Russes, dont l’alliance notamment énergétique avec Téhéran, n’est plus à démontrer, sont susceptibles d’ouvrir les portes de l’Iran à Total, plus précisément de faciliter l’interminable finalisation de l’accord portant sur une parcelle du gisement gazier géant South Pars. Ce dernier, l’un des plus grands champs d’or bleu de la planète, est à cheval sur les eaux territoriales du Qatar et de l’Iran.

debilandia_3.jpg

Un reset franco-russe, qu’évoque également le peu russophile Financial Times, serait donc dans les tuyaux à la demande de Paris. Ceci pourrait expliquer pourquoi, au-delà des pathétiques flonflons médiatiques et du sauvetage de face macronien sur des questions aussi existentielles que les LGBT de Tchétchénie ou les méchants médias russes, on a furieusement l’impression que Bobobankster s’est aligné sur Poutine.

Sur la Syrie, << l’objectif absolu est la lutte contre le terrorisme, l’éradication des groupes terroristes, en particulier Daech >>. Tiens, il y aurait des modérés pas si modérés que ça finalement et Assad ne doit plus partir… Plus intéressant encore, la fameuse phrase sur les armes chimiques que toute la MSN saoudisée a rapportée, persuadée qu’elle est dirigée contre Damas, mais que personne n’a pris la peine de décrypter :

<< J’ai indiqué qu’une ligne rouge très claire existe de notre côté : l’utilisation d’une arme chimique par qui que ce soit fera l’objet de représailles et d’une riposte immédiate. >>

Les mots importants sont en gras. Ainsi, Assad ne serait pas le seul à disposer et à être susceptible d’utiliser des armes chimiques… Est-ce une reconnaissance en creux du false flag de Khan Cheikhoun ? À noter que le soir même, Vladimirovitch a répété dans une interview destinée au public français qu’il n’y avait aucune preuve de l’implication du gouvernement syrien dans cette attaque. Pour mieux appuyer ce qu’il a dit, voire prouvé, quelques heures plus tôt à Macron sous les lambris versaillais ?

Concernant l’Ukraine, Poutine a pris le bâton, déclarant que c’était une affaire intérieure à ce pays et qu’il fallait tenir Kiev pour responsable des atteintes aux accord de Minsk, le tout sans être contredit par son hôte. Et je ne mentionne pas les formules répétées sur << e rôle indispensable de la Russie >>…

Assiste-t-on à un changement de direction de l’euronouillerie, désormais orpheline de son maître américain ? Si Macron dit tout haut ce que Merkel pense tout bas — et il y a de bonnes raisons de croire que le premier est le porte-parole de la seconde –, on est peut-être en train d’assister à un rééquilibrage du Vieux continent. L’avenir nous le dira… Mais on comprendrait mieux alors la flagornerie de la caste médiatique, cachant sous les épithètes dithyrambiques une redirection peu glorieuse pour elle.


MAJ – Après l’écriture de ce billet, votre serviteur est tombé sur un article du magistral Pepe Escobar qui va peu ou prou dans le même sens. De même, l’intervention de l’excellente Caroline Galactéros semble également apporter de l’eau au moulin d’un reset — de manière amusante, elle parle << grand fauve indulgent avec un jeune lion >>.

À noter toutefois la lecture radicalement différente que fait Moon of Alabama. Pour le site américain, Macron a donné le feu vert à un nouveau false flag chimique de la part des djihadistes modérément modérés.

=> Source : Le Grand jeu

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>