PARANOÏA DU PLEUTRE

((/images/tony_blair.jpg|blair|L)) Lorsque le journaliste Robert Fisk, envoyé spécial du quotidien anglais The Independent au Moyen-Orient, rapporte des faits, il les accompagne d’un maximum de preuves techniques : numéro et adresse de fabrication de la bombe qui vient d’exploser, noms, prénoms, date de naissance des victimes, etc. Or voilà qu’on nous annonce à grands coups de titres ronflants que Londres vient de “déjouer une attaque terroriste”, un complot de “dimension mondiale” qui “visait à provoquer des destructions et des pertes humaines incalculables.” Mais les preuves, où sont-elles les preuves ?

Où sont-elles les copies de mails entre conspirateurs, les transcriptions de leurs conversations téléphoniques, avec dates et heures d’icelles ? Où sont-ils les montants exacts et les numéros de comptes bancaires sur lesquelles “auraient” été virées des “sommes importantes et douteuses” en provenance du Pakistan ? Ni une, ni deux, je me suis lancé dans un petit contrôle Fiskal, j’ai épluché la presse, écouté les radios, podcasté des émissions TV. Rien ou presque d’un tant soit peu consistant. Juste des affirmations déclamatoires, l’annonce d’arrestations, de noms donnés par la police, de vagues descriptions prétendument minutieuses des techniques prévues par les “terroristes” pour pulvériser nos paisibles aéroplanes$$Dans la série des précédents complots déjoués en GB : ””Janvier 2003 : la police effectue une perquisition dans un appartement londonien, affirmant avoir démantelé le plan qui visait à propager de la ricine (toxine mortelle) dans Londres. Huit personnes ont été inculpées dans cette affaire. Quatre ont été acquittées et les quatre autres n’ont pas été jugées. Aucune trace de ricine n’a été relevée dans l’appartement, mais les scientifiques certifient avoir la preuve de tentatives visant à fabriquer ce poison.””(Source : nouvelobs.com). Il s’agit d’un des 5 exemples de “réussites” policières donnés par ce journal. Aucun n’a donné de résultats probants, à l’exception du cas Richard Reid et ses godasses piégées…$$. Mais aussi tellement d’invraisemblances. Des suspects “d’origine pakistanaise” tous “nés en Grande-Bretagne”, habitant tous à Londres. Pourquoi pas de la même famille et dans la même maison pendant qu’on y est ! Et qu’est-ce que c’est que cette histoire granguignolesque d’ “explosifs liquides cachés dans d’anodins flacons”, de bombes en kit “à monter sur place” dans l’avion. Des preuves, des preuves, svp ! Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je ne ne prétends certainement pas l’inverse, que tout ça est du pipeau, qu’il n’y a rien. Moi non plus, je n’ai pas de preuves. Et Robert Fisk$$Presque tous les articles quotidiens de Robert Fisk sont traduits sur le site [Questions critiques|http://questionscritiques.free.fr]. Beaucoup sont repris sur [Bellaciao|http://bellaciao.org/fr/mot.php3?id_mot=187] et par [Rezo.net|http://rezo.net/large]$$ lui-même l’avouait dans un article récent : “D’observer le martyr du Liban, cette semaine, une pensée terrible et affolante m’est venue à l’esprit, jour après jour. Qu’il y aura un autre 11/9.” Non, ce qui m’étonne, c’est la façon avec laquelle nos médias officiels, nos vertueux défenseurs proclamés de la déontologie journalistique, grands pourfendeurs d’Internet et de ses risques de manipulations, y vont d’une seule voix solennelle et définitive pour propager l’auguste nouvelle, sans l’ombre d’un doute, sans la précaution d’un conditionnel. “Complot déjoué : les enquêteurs sur la piste des terroristes au Pakistan”, s’enflamme le Monde. Et de multiplier les détails sur le nombre et les caractéristiques des attentats évités, et de s’appuyer sur les doctes sentences des incontournables “experts” (je vous conseille la lecture de celles d’un certain Wilkinson, “spécialiste en terrorisme”, pas moins, dans Libération du 11/8. Ell vaut son pesant de clichés fumeux). Héhé, c’est que j’ai un peu de mal à oublier l’affaire des “Irlandais de Vincennes” en 1982 à 21h30, quand des clampins anodins furent arrêtés avec grand esbrouffe médiatique par le GIGN qui avaient apporté lui-même les bombes devant servir de preuves irréfutables. Manipulation ? Sûr que les cow-boys US, leurs larbins européens et leurs hommes de main israéliens ont plutôt besoin de redorer un blason salement terni en détournant l’attention. Mais évitons d”imiter nos rouletabilles d’opérette avec d’hasardeuses assertions, iraient-elles dans le sens que nous souhaitons. Ce qui ne fait aucun doute, par contre, c’est la paranoïa trouillardesque qui s’est emparée des puissants. Vous vous rendez compte ! D’un simple soupçon, d’un complot présenté comme “déjoué”, ils en ont bloqué leurs aéroports, mis dans le pétrin des foules entières de vacanciers abasourdis, condamnés les dames voyageuses à présenter le délicieux foutoir intime de leurs sacs à main dans des pochettes plastiques transparentes. Ah, les barbus assoiffés de sang du camp d’en face auraient tort de sacrifier leurs kamikazes et de se bouleverser le compte en banque à monter des opérations sophistiquées pour nous terroriser ! Suffit juste d’une vieille valise avec un réveil bien sonore du tic-tac. Et voilà nos libres héros pétrifiés, accrochés aux lambeaux de leur bonne conscience au-dessus des champs de désolations qu’ils ont créés ou laisser se créer.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.

Laisser un commentaire