LE BUTIN DES PILLARDS

((/images/total.jpg|tract anti Total|L)) ”__TOTAL : bénéfice net record en 2005__” > ”Le groupe pétrolier a dégagé un bénéfice de 12 milliards en 2005, en hausse de 31% par rapport à 2004.” > > ”Le groupe pétrolier français Total a dégagé un bénéfice net record de 12 milliards d’euros l’an dernier, grâce à la flambée des prix du pétrole brut sur les marchés mondiaux et marquant un bond de 31% sur 2004, a annoncé le groupe mercredi 15 janvier.” > ”Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 143,2 milliards d’euros, en hausse de 17%.”%%% > (Source: NOUVELOBS.COM | 15.02.06) Vous avez bien lu : un ””bénéfice net record”” obtenu ””grâce à la flambée des prix du pétrole brut sur les marchés mondiaux”” !

Elle a bon dos, cette fameuse crise du pétrole et de l’énergie dont certains nous répètent, la bouche en cul de poule, qu’elle nous menace tous (tous ?), mais que c’est normal, que c’est dans l’ordre logique des choses, qu’on n’y peut rien pour l’instant, mais que peut-être plus tard … 12 milliards d’euros pour les seuls naufrageurs de l’Erika, les dynamiteurs d’AZF Toulouse ! Mais dites-donc, c’est grosso modo le trou de la sécu, ça ! Et à qui vont-ils profiter, les 12 milliards ? Aux ouvriers de Total ? Ha, ha, ha ! Tiens, voici [un petit texte d’un de ces ouvriers|http://increvablesanarchistes.org/articles/2000_apres/azf_putaindusin.htm], à vous mettre sous la dent pour alimenter votre fureur. Et attendez voir, ce n’est pas fini, les chiffres 2005 vont bientôt fleurir. Jetez un coup d’oeil sur les résultats des grandes banques, par exemple. Combien parie-t-on que leurs profits vont exploser une nouvelle fois ? Ça ne nous fait rien à vous, les “comptes à découvert” qui tirez le diable par la queue, de les voir se goinfrer à grands coups d’agios et de frais de pénalités pour “incidents de fonctionnement” ? Plus nous nous enfonçons, plus ils s’empiffrent ! Comment appelle-t-on ceux qui se nourrissent des dépouilles des autres ? Des charognards. Le fait qu’ils aient la loi avec eux parce qu’ils se sont emparés du pouvoir avec la bénédiction des naïfs, ne change rien à l’appellation. Je viens de revoir récemment le film de Kurosawa, ”Les Sept samouraïs”. Vous savez, c’est l’histoire d’un village japonais rançonné, saccagé par les hordes de pillards. Les villageois finissent par réagir avec le secours de samouraïs, d’ailleurs tout aussi guenillés qu’eux. Comme nos rmistes sous perfusion, nos chômeurs en fin de droits, nos jeunes au rancart, nos banlieues au rebut. Alors, quand allons-nous réagir ? Où sont-ils, nos samouraïs de la politique ? Car une chose est sûre : on ne négocie pas avec des pillards, on les met hors d’état de nuire.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête du monde d'après.

Laisser un commentaire