FRAGILE

((/images/fragile.jpg|Couverture du dvd|L)) Il y a des fois où on a vraiment envie de balancer des beignes ! C’est ma fille aînée qui m’a fait découvrir il y a quelques années le groupe ”Têtes Raides”. J’ai compris pourquoi une adolescente pouvait aimer : une quête forcenée d’absolu, un humour qui se voulait dévastateur. Moi, au début du moins, j’avoue être resté un peu sur la réserve : l’engagement trop carré des ”Têtes Raides”, leur — comment dire ? — leur “moralisme binaire”, leur humour “dévastateur” un peu facile, tout cela contribuait à me tenir à distance. Et puis, peu à peu, je m’y suis fait. Le retour d’âge, peut-être. Ou une plus grande ouverture d’esprit ! Récemment, j’ai écouté un de leur dernier titre : __”Fragile”__. Superbe.

Ce soir, je suis tombé sur une info publiée par le site [Rezo.net|http://rezo.net/] : le clip de ”Fragile” vient d’être refusé par toutes les chaînes de télévision. Vous avez bien entendu : TOUTES ! Je l’ai vu, ce clip. Un petit film remarquable, un hommage exceptionnel à la volonté de création des êtres humains, ou du moins des “humaines”, puisqu’il s’agit de mises au monde. Non vraiment, il y a des fois où on a envie de balancer des beignes ! Surtout, précipitez-vous sur le champ sur ce clip stupidement interdit : [Fragile|http://www.monslip.fr/tetes_raides/popup_video_mpeg.html], réalisé par Richard Frydman. Ça y est, vous l’avez vu, entendu ? Qu’en pensez-vous ? Vous avez aimé ? Avez-vous vraiment été choqués ? ”(J’ai l’impression d’être devenu ma fille, il y a quelques années !!!)” Et ces crétins du microcosme qui osent nous balancer leurs inepties aseptisées, leur fadaises édulcorées, les énièmes voeux d’un Président ”has-been” ergotant une énième fois sur les vertus du “patriotisme” et du “goût de l’effort”. Et ces magazines féminins brandissant leurs top-modèles vidées de toute trace du temps qui passe, les boutons, les rides, le joli pli d’un sein ou d’une fesse un peu fatigués d’avoir trop servi. Et ces magazines à sensation qui nous assomment sous des jaillissements du sang, l’exposition indécente de moignons éparpillés, de chairs incendiées… Voilà qu’ils pissent une nouvelle fois dans leurs frocs à la vue de la naissance d’êtres humains. Ah non, vraiment des fois, il y a des paires de claques qui se perdent !

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>

Laisser un commentaire