Radio de l’été : Rémi Geffroy, accordéoniste, est-il compositeur ou Créateur ?

Photo : RemiGeffroy.jpg

Radio Partageux #22 : Où l’on écoute trois jeunots qui taquinent fort joliment leurs pipeaux pour la radio de l’été des blogueurs.

Les musiques traditionnelles ont rarement bonne presse dans la classe dominante. Le mépris d’en haut pour ceux d’en bas embrasse tous les domaines.

La dame, qui travaille dans les musiques traditionnelles, se fait tancer vertement par un hiérarque du monde culturel. Il n’y a pas de création en musique traditionnelle selon notre homme. Et tu te doutes bien que dans son esprit, hors de l’église de la création, point de salut. La brave dame se voit sommée de démontrer que, comme dans n’importe quel autre domaine artistique, la création prend sa place à côté du répertoire. Alors elle donne un exemple.

Vers 1970 des jeunes urbains courent les campagnes du centre de la France en quête des musiques traditionnelles qui risquent de disparaître avec les vieillards qui les jouent. On nomme cela le collectage. Dans leur abondante moisson nos lascars sont fort heureux de découvrir une petite perle qu’ils goûtent fort. Jouent leur trouvaille à un musicologue qui tire bas son chapeau. Elle ne date peut-être pas de l’époque mais voilà une belle construction bien caractéristique de la tradition des XVII et XVIIIe siècles. Nos garçons sont fort contents de leur pêche.

Deux ans plus tard, ils collectent dans le Berry. Bien sûr on joue du violon. Et nos jeunots tout fiérots de donner cet air collecté au sud de l’Auvergne. Le grand-père les arrête. Ah non, là, ce n’est pas tout à fait comme ça que je l’avais fait ! Et de donner sa version au violon.

Ça faisait bien quarante ans que je ne l’avais joué ! J’avais quatorze ans et c’est mon tout premier air. Je lorgnais sur une fille et, pour lui faire la cour, j’ai rien trouvé de mieux que de lui faire cet air à danser. Bah ! Cette ingrate n’a jamais répondu à mes avances… Tu parles que je m’en souviens ! Mais où diable l’avez-vous entendu ?

Stupéfaction de nos jeunes collecteurs qui auront d’autres surprises de même farine.

Le compositeur en herbe avait aussi été apprenti tailleur de pierre. Il avait fait une bonne soixantaine d’années plus tôt un chantier dans la petite région du collectage auvergnat où vivait la demoiselle. Et avait bien sûr joué du violon dans plus d’une veillée…

Rémi Geffroy à l’accordéon diatonique est le compositeur. Peut-être faudrait-il écrire “le Créateur” ? Comme dans le monde artistique et comme dans les religions…

Avec Maxime Absous à la guitare et Clément-Son Dang au violoncelle on commence par “Elle”, une valse lente qui met en valeur les instruments de nos trois compères.

On continue avec “L’Estropié”, un avant-deux bien mal nommé à moins que ce ne soit de l’humour au deuxième degré. Ça remue bien son gros cul.

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>