Sondage : maman, papa, vous m'aimez ? – Faut voir !

Terrible, ce sondage sur les jeunes réalisé par Ipsos-Logica Business Consulting pour le quotidien le Monde les 18 et 19 novembre, en partenariat avec France Inter : égoïstes pour 63 % de leurs parents, paresseux pour 53 %, intolérants pour 53 %… L’amour parental porté à son comble !

Mais encore plus terrible, l’insidieuse compassion rajoutée à ce constat sans appel : 71 % de nos chers “parents” admettent que la situation des jeunes s’est détériorée par rapport à leur propre époque, 92 % pour des raisons de problèmes d’emploi, 89 % pour des questions de logement, 84 % à cause d’un pouvoir d’achat en berne.

Ce qu’il leur faudrait, c’est une bonne guerre

Mais alors, qu’est-ce à dire ? Que les jeunes, ces “égoïstes”, ces “paresseux”, ces “intolérants”, seraient responsables de la mouise dans laquelle ils sont plongés ? Coupables de la détérioration du monde d’avant et de ses glorieuses “valeurs” ? Celui qui aujourd’hui nous menace d’une Le Pen, nous donna un Sarkozy et pourrait bien le remplacer par un “pédalo” ?

Le plus drôle, c’est que 70% des “vieux” jugent, avec une pointe de regret dans la formulation, les jeunes plus révoltés que disciplinés ! Disciplinés à quoi ? Aux injonctions des banques et des donneurs de leçons morales sur la fraude à la Sécu (quand d’éminents élus s’alimentent sans complexe dans des valises africaines et chez de vieilles milliardaires fraudeuses de fisc) ?

Oh, le joli naufrage ! Oh, ce réflexe péteux qui consiste à rejeter sur autrui, fussent-ils ses enfants, la responsabilité de ses propres égarements ! Le monde qu’on leur laisse à nos minots ! Et on s’étonne qu’ils répugnent à s’y engager, qu’ils tirent au flanc ! Tiens, ce qu’il leur faudrait, à ces garnements, c’est une bonne guerre ! Ça vient.

Autoflagellation ?

Plus intrigant encore, selon Le Monde, les jeunes ne porteraient pas un meilleur jugement sur eux-mêmes : 70% des moins de 30 ans « se jugent eux-mêmes » égoïstes, 65% paresseux,  51% intolérants.

Pas réussi à mettre la main sur le détail de ce sondage, ni sur le site d’Ipsos, ni sur celui de Logica Business Consulting (« be brilliant together », ho ho ho !). Mais j’aimerais bien connaître la question qui fut posée à ces jeunes pour qu’ils s’autoflagellent ainsi.

Je vous fiche mon billet que les qualificatifs d’”égoïstes”, “paresseux”, “intolérants” ne furent pas spontanément utilisés par les sondés, parents ou jeunes, mais “suggérés” par le questionnaire. Et que les sondés n’appliquent pas ces qualificatifs à eux-mêmes, mais à leurs compagnons d’infortune.

Puisque les sondages vous le disent…

On ne niera pas la réalité des conclusions de cette enquête. Mais on est à même de se demander pourquoi celle-ci et pas une autre. Quelle est la signification d’une telle étude où 83% des parents trouvent leurs enfants différents de ce qu’eux étaient jadis ? Eh bien, essayer de convaincre les 17% restants qu’il en est réellement ainsi, foi de sondage !

Et en même temps, distiller le méchant venin de la paralysante culpabilisation (comme celui sur les resquilleurs à “l’arrêt maladie”), creuser à dessein le fossé entre générations (comme celui entre Français de souche et Français par raccroc, peut-être même sans papier).

On attend de nos organismes faiseurs… euh, sondeurs d’opinion qu’ils posent à leurs échantillons la question suivante :

« Trouvez-vous vos responsables politiques actuels :

  • corrompus ?
  • incompétents ?
  • carriéristes ?
  • honnêtes ? »