Au début, j’ai cru à une nymphette maniérée, à cause de son accent. Mais non, l’accent en apparence maniérée de GiedRé [prononcez “guiédré”] vient de son origine. Lituanienne, née à Vilnius. Arrivée à sept ans en France. Études de comédienne .

Un jour, pour gagner sa vie, elle est descendue voir le patron de son bistrot favori et lui a proposé de chanter les textes des chansons qu’elle écrivait dans sa chambrette. Jusque-là rien que de presque normal, mais attendez, écoutez donc ses chansons…

Les sulfureux petits secrets de GiedRé

Elle n’a pas révolutionné la musique, GiedRé, c’est sûr. Mais ses mots, eux, sont autant de coups de pieds joyeux dans la fourmilière empesée des culs-bénits et des têtes coincées.

Comme le soir où elle laissa baba l’auditoire féminin de Taratata avec la chanson qui va suivre, suivie d’une interview décoiffante qui emporta l’adhésion d’un public hilare et d’un animateur médusé.

La fille a commis plusieurs albums à compte d’auteur qui se sont arrachés sous le manteau. GiedRé est une vraie chanteuse réaliste, au sens où elle s’accommode du corps humain, de ses envies et de ses débordements, sans penser que tout ce qui en sort est forcément dégueulasse.

Le plaisir pour tous

Et puis elle ne s’occupe pas que de ses fesses. Elle pousse même le luxe jusqu’à s’intéresser à celles qui sont forcées d’aller conquérir leur épanouissement sexuel à l’arrache. Le plaisir pour tous, avec ou sans mariage.

Je l’aime bien, cette GiedRé. Elle est sympa, pas bégueule, pas méchante pour un sou, juste vivante. Allez donc faire un tour sur son site. Ça déborde aussi gaiement que dans ses chansons. Et il y a les dates de ses prochains concerts (sa « tournante », dit-elle).

Au fait, qu’est-ce que je vous disais à propos des banques ? Non, rien.

Aller plus loin :

- Le site de GiedRé