DSK EN VEDETTE AMÉRICAINE MÉDIATIQUE DES PRÉSIDENTIELLES 2012

DSK SarkozyLes grandes manœuvres sont commencées ! Médias du microcosme et organismes sondagiers font déjà feu de tous bois pour tenter d’imposer le candidat “de gauche” qui semble le plus acceptable à leurs commanditaires : Dominique Strauss-Kahn, pour l’heure.

Dernier avatar en date : le mardi 4 mai au soir, le journal de France 3 se surpassa dans le publi-reportage condescendant autour du personnage :

  • introduction bourrative façon tartine de confiture ;
  • annonce d’une sortie de quelques six bouquins sur le futur “héros” de la République ;
  • introduction d’Anne Sinclair en prochaine Carla Bruni ;
  • et conclusion sirupeuse du politologue de service adoubant de sa science infuse tout ce qui précédait du “reportage”.

Un paysage de gauche pollué

Dominique Srauss-Kahn, devenu patron du FMI avec la bénédiction du président Sarkozy, en champion de la régulation sociale ?

Dominique Strauss-Kahn « admiratif de l’extrême rigueur choisie à Athènes » … sous les diktats draconiens des autres pays de la zone euro ? Lesquels, avec la bénédiction du FMI, volèrent au secours, non des Grecs, mais des organismes bancaires menacés par la défaillance de ce malheureux pays ?

Dominique Strauss-Kahn, assujetti à mort à l’impôt sur les grosses fortunes, en prude défenseur des pauvres et des opprimés, en “régulateur” des marchés mafieux, quelle plaisanterie ?

Pourquoi pas Besancenot en tenant de “la gauche révolutionnaire” pendant qu’ils y sont ? Ou Kouchner en lieu et place de Bayrou ?

Un remède politique de cheval à trouver

Comme la Grèce, il faut un remède de cheval à notre establishment politique, un bouleversement nécessaire de son paysage si nous ne voulons pas que les prédateurs continuent à entraîner le pays par le fond. Ce n’est pas avec ces vieux pots fêlés, corrompus à la moelle par les lobbies et les institutions financières, rongés par un eugénisme décadent sous les visages masqués et grimés, que nous y parviendrons.

Strauss-Kahn est de ceux-là. Du balai !

Ah, ils veulent assurer leur coup avec suffisamment d’avance ? Ils bétonnent à mort pour imposer leurs vieilles haridelles ?

Eh bien rendons-leur la pareille sans tarder : au second tour des prochaines présidentielles, si un DSK ou assimilé vient à polluer le paysage de gauche, ABSTENTION !

Au minimum.