Solidarité pour Hamidou et sa famille

Hamidou.jpg

Je relaie naturellement cet appel vital ! Que reste-t-il de notre humanité si chacun d’entre nous n’y participe pas ?


Hamidou est malien. Arrivé en France en 2003, il a toujours travaillé et payé ses impôts. Après de nombreux emplois précaires dans la région parisienne, il décroche un CDI dans une entreprise de travaux public.

En 2012, il décide de quitter la région parisienne pour rejoindre la Bretagne. Il trouve un travail à la chaîne dans une usine de volailles. En 2013, il change d’orientation, suit une formation d’agent de sécurité qu’il valide, et trouve rapidement un nouvel emploi en CDI.

Père de famille, il vit à Scaër avec sa femme et sa fille de 2 ans née à Carhaix. L’arrivée prochaine d’un nouvel enfant ne l’empêche pas de participer activement à la vie associative. Hamidou est l’un des meilleurs buteurs de l’équipe de foot locale, il participe à la formation et à l’entrainement des jeunes… Il est apprécié et reconnu de tous, dans le milieu sportif et au-delà.

En 2013, lors du renouvellement de sa carte de séjour, il est victime d’une erreur administrative et se retrouve, de manière ubuesque, soupçonné de tentative d’usurpation d’identité.

À partir de septembre  2016, les évènements se précipitent. Il est entendu par la gendarmerie  pour les besoins d’une enquête, dont il ne reçoit aucune information. En mars 2017, il reçoit une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) pour le 2 juin (*).

Un peu sonné et complètement désemparé, il cherche à comprendre et à expliquer. Les membres du collectif de Scaër pour la défense des droits des migrants l’ont accompagné dans ses démarches.

  • Demandes d’entretien, pétition, rassemblements à Scaër et à Quimper. Le préfet a la possibilité d’annuler cet OQTF.… mais il ne répond pas !
  • Un recours juridique a été lancé auprès du tribunal administratif de Rennes. L’audience s’est tenue le 2 juin et sa décision est attendue pour la fin du mois.

Dans l’immédiat, la situation est catastrophique pour Hamidou. En plus de l’interrogation sur son avenir, le présent se dérobe complètement sous ses pieds. Depuis le 2 juin, il n’a plus de titre de séjour, son employeur a dû le licencier, il n’a plus de droits à la CAF … il n’a plus aucune ressources. Ses dernières économies sont parties pour payer son avocat et aujourd’hui, il n’a plus rien pour payer son loyer … et nourrir sa famille !

Membres du collectif de Scaër nous voulons continuer à soutenir Hamidou, mais nous sommes démunis face à cette urgence financière. C’est pourquoi nous faisons appel à votre compréhension et à votre générosité.

Les besoins ne sont pas énormes, mais ils sont urgents. Si chacun donne 5 ou 10 €, Hamidou et sa famille arriveront à vivre décemment dans cette période pleine d’incertitudes.

Solidarite_pour_Hamidou.jpg

Merci beaucoup pour avoir parcouru cette histoire, et vraiment merci pour vos dons qui seront, nous en sommes garants, utilisés pour qu’Hamidou et sa famille puissent vivre … tout simplement !

Les membres du collectif de Scaër

* C’est le préfet qui prononce l’ordre de quitter le territoire. Ici, sa décision est prise sur un simple soupçon, sans qu’aucun tribunal ne se soit prononcé. Les lois ne seraient-elles pas les mêmes pour tous ?