C'est confirmé : les ordonnances de Macron envoient les salariés à l'abattoir

Macron_ordonnances.jpg
Et ça le fait marrer !

Le Parisien vient de publier l’avant-projet de loi devant permettre au gouvernement de prendre par ordonnances des mesures sur l’emploi. Carnage social assuré :

  1. contrat de travail à la carte dans les entreprises : en clair, l’anarchie et une nette suprématie accordée au patronat dans ses négociations avec les salariés ;
     
  2. plafonnement des indemnités pour licenciement abusif : en clair, une revendication patronale satisfaite pour mieux licencier peinard ;
     
  3. possibilité de référendum laissée à la seule initiative de l’employeur : en clair, un moyen de pression à sens unique pour faire céder les salariés récalcitrants ;
     
  4. fusion des institutions représentatives du personnel : en clair, fusionner le comité d’entreprise, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et le délégué du personnel (DP) en une instance unique plus facilement contrôlable.

D’autres mesures tentent de donner le change sans qu’on ne puisse y voir autre chose que de la poudre aux yeux :

  1. un chèque syndical destiné à renforcer la formation des représentants syndicaux : en clair, un moyen sans conséquences pour calmer l’opposition des syndicats à cette nouvelle loi Travail ;
     
  2. « une meilleure représentation des salariés dans les conseils d’administration » : en clair, même remarque que ci-dessus pour anesthésier la résistance syndicale.

Bref, j’en passe et des meilleures, une machination si cousue de fil blanc qu’elle laisse pantois et ne peut abuser que les plus encrassés des gogos. Si après ça les électeurs ne votent pas France insoumise aux prochaines législatives…