17 mai 2017

Législatives FI : passer de la figure d'opposant à celle de futur gouvernant

Le_programme_en_BD.jpg

Pour un candidat à la députation, vouloir gagner une élection — et convaincre l’électeur que cette victoire est possible — implique un changement résolu de comportement : passer de la figure d’opposant à celle de futur gouvernant.

La réaction défensive qui consiste à taper sur l’adversaire, à dénoncer ses méfaits passés, présents et à venir, est totalement contre-productive. C’est une attitude d’opposant, une façon de reconnaître la supériorité de l’adversaire. Et sa propre infériorité. On n’entraîne pas les foules à coups d’analyses critiques, de discours incendiaires, de propos lourds d’amertume, de traits ironiques aussi justifiés soient-ils, ou encore en les assommant avec des considérations oisives de basse-cuisine sur les tractations avec ou contre d’autres partis.

Inciter au vote d’opposition ne produit que des élus d’opposition, pas des gouvernants.

Persuader l’électeur que le rêve FI est réaliste

On ne convainc les foules à vous suivre qu’en les enthousiasmant, en les faisant rêver et en les persuadant que ce rêve est réaliste, à portée.

Le rêve d’un candidat à une fonction politique, c’est son programme et rien que lui. Les aspirants députés de la France insoumise ont la chance de disposer d’un programme parfaitement cohérent, avec au moins un argument choc pour chaque catégorie sociale d’électeurs rencontrés.

En clair, l’électeur indécis a beau montrer qu’il approuve le mal que vous dîtes du nouveau président et du gouvernement provisoire qui vient d’être nommé, il ne vous portera au pouvoir que s’il est convaincu des mesures que vous lui proposez pour améliorer son sort. L’électeur lambda ne votera pas France insoumise pour dégager les autres, mais pour que les candidats FI arrivent.

© Chroniques du Yéti, after the WP Dusk To Dawn theme Propulsé par Dotclear