Impressions post-premier tour : Macron et l'arche de Noé des élites post-déluge

Trou_du_cul.jpg

Je ne sais pas qui est l’auteur du texte qui suit. Il est parvenu sur ma boîte mail via mon pote Gilles Ascaride Je vous le livre tel quel. Il y est question de vaches et de trous du cul.


Novateur de tout ce qui est éculé, progressiste de la marche arrière, le christique Macron a conçu une méthode révolutionnaire consistant à récupérer tous les vieux politicards de droite comme de gauche, tous les déchets et détritus politiques irrécupérables, puis à les jeter dans sa machine en marche, et là, après avoir été hachés, broyés, lessivés, ils ressortent tout neufs et pimpants comme du linge qu’on a fait tremper avec Calgon,

ils deviennent des hommes politiques nouveaux, prêts à servir de plus belle leur ego, leur portefeuille, leur carrière et, accessoirement, leur pays !

C’est ainsi que le triple battu des présidentielles Bayrou, qui depuis des années passe de gauche à droite et de droite à gauche en faisant l’apologie du centre, s’est retrouvé fringant allié du marcheur vers on ne sait quelle nouvelle ligne d’autobus ou de taxis ubérisés.

Séduit par son exemple, ce sont à présent tous les vieux débris du Parti socialiste, du centre ou de l’ex-UMP devenue républicaine, et bon nombre de ministres voyant venir la fin prochaine, qui se précipitent vers la machine à recycler Macron.

Derniers en date : l’ancien maire de Paris Delanoë, le futur ancien président de l’Assemblée, Claude Bartolantigone, ex-apologiste de Leonarda, le futur ancien ministre de la Défense Le Drian et, bien sûr, la reine des contes de fées socialistes, celle qu’une méchante fée a transformée en oie, mais qui est redevenue princesse, le ministre de l’Écologie et du Recyclage en personne : Ségolène Royal !

Reste plus que le Président Hollande à passer à la machine et ce sera complet !

De nombreux UDI hésitent entre le soutien à Fillon et à Macron, et les juppéistes meurent d’envie d’aller se faire recycler eux aussi…

Et, gloire suprême, on a même vu l’ancien premier secrétaire du Parti communiste Robert Hue passer, lui aussi, dans la machine en compagnie de l’ultralibéral Madelin.

Là, on est dans un véritable miracle politique, du jamais-vu depuis la résurrection de Lazare et l’on commence à comprendre pourquoi Emmanuel Macron se prend pour Jésus-Christ ou Jeanne d’Arc.

La machine Macron est à la politique ce que la pierre philosophale était à l’alchimie, puisque elle réalise la transmutation des guignols en candidats aux législatives, des perdants en gagnants et des incapables en porteurs de toutes les promesses.