Désintox : quand Patrick Cohen (et Wikipedia) voient des Russes et des Iraniens là où il n'y en a pas

Patrick_Cohen.jpg
 

Plus la candidature de Jean-Luc Mélenchon monte en puissance, plus la sphère médiatique tire à boulets rouges sur son projet. Quitte à prendre quelques libertés avec la vérité. Ainsi, Patrick Cohen (France Inter, C à vous) à propos d’un sombre projet d’alliance de la France insoumise avec l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les Amériques) , une organisation latino américaine sous influence (dixit Patrick Cohen) de la Russie et de l’Iran…

Patrick Cohen a raison sur un point : la France insoumise envisage bien une coopération avec l’Alliance bolivarienne pour les Amériques… sauf que ni la Russie, ni l’Iran n’en sont les « pays observateurs »* comme il le déclare ! 

L’ALBA (“aube” en espagnol) est une organisation politique, culturelle, sociale et économique censée « promouvoir l’intégration des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes, construite sur les principes de solidarité, de complémentarité, de justice et de coopération, et plaçant l’être humain au centre de ses principes ». 

Elle a été créée en 2004 par Hugo Chavez et Fidel Castro, en opposition à la proposition de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), promue par Washington. Aux mesures strictement néolibérales prônées par cette dernière, l’ALBA entend privilégier le développement du secteur public.

L’ALBA compte actuellement 11 pays membres :

  • Antigua-et-Barbuda
  • Bolivie
  • Cuba
  • Dominique
  • Équateur
  • Grenade
  • Nicaragua
  • Sainte-Lucie
  • Saint-Christophe-et-Niévès
  • Saint-Vincent-et-les-Grenadines
  • Venezuela

Et 3 pays observateurs permanents :

  • Haïti
  • Suriname
  • Uruguay

Proposer une coopération avec l’ALBA entre donc tout à fait dans la logique du programme l’Avenir en commun, tout comme y est proposée une alliance avec les pays d’Europe du sud. Initiatives qui valent largement les adhésions aux carcans néolibéraux que sont les TAFTA et autres CETA, réclamés à cor et à cris par le chœur des chroniqueurs de France Inter.

Terminons en précisant que la Russie, l’Iran (et la Syrie) ont assisté en tant qu’invités à une seule réunion de l’ALBA, mais à une seule, la Russie en 2009, les deux autres en 2007. Notons aussi que les “pays observateurs” n’ont strictement aucune influence sur le fonctionnement de l’ALBA, mais tout le monde a déjà compris que le finaud Patrick Cohen ne citait les noms des deux pays démoniaques que pour tenter de déstabiliser un candidat qui menace de plus en plus de “dégager” la caste dont il est un virulent porte-parole.

* ATTENTION : dans un souci de manipulation évidente, la fiche Wikipédia francophone de l’ALBA a été modifiée entre le 13 et le 14 avril 2017 : l’Iran, la Russie et la Syrie ont été ajoutés à la liste des pays observateurs, alors qu’ils n’y figuraient pas la veille (constat fait par moi-même pendant la rédaction de ce billet). Et qu’ils ne figurent, ni sur la fiche Wikipedia anglophone, ni sur le site officiel de l’ALBA.

Voir aussi la réponse de l’équipe de Jean-Luc Mélenchon à cette polémique  :