Un holocauste moderne en Méditerranée. Monument en l'honneur de Guisi Nicolini

G.Nicolini.jpg
Giusi Nicolini

Les valeureux de notre temps que nos petits-enfants honoreront en gravant leurs noms sur les monuments du futur. #20 Giusi Nicolini

Elle est surnommée “la lionne” par les Italiens. Ça te raconte déjà un peu la nature de la dame… Giusi (Giuseppina) Nicolini, a été élue en mai 2012 maire de Lampedusa, une petite île entre Tunisie et Sicile. Élue avec pour programme claironné à tous les vents de secourir les réfugiés ! En les rapprochant des mal lotis de Lampedusa.

L’île est sur la route maritime entre Afrique et Europe. Et puis les pêcheurs sont gens habitués à secourir les embarcations en danger. Alors, côté réfugiés, Lampedusa est très bien pourvue.

« Le 3 novembre [2012], on m’a remis les cadavres de vingt-et-une personnes qui se sont noyées alors qu’elles tentaient rejoindre Lampedusa. Pour moi, c’est une chose insupportable. Pour Lampedusa, c’est un douloureux fardeau. Je demande à tout le monde : de quelle taille doit-être le cimetière de mon île ?  

Je n’arrive pas à comprendre comment cette tragédie peut être considérée comme normale. Comment on peut vivre chaque jour avec l’idée que vingt-et-une personnes, parmi lesquelles huit femmes très jeunes et deux enfants de onze et treize ans, peuvent mourir tous ensemble comme c’est arrivé samedi pendant un voyage qui aurait du être le début d’une nouvelle vie ?

Je suis indignée par cette banalisation qui semble avoir contaminé le monde entier. C’est un sandale, le silence de l’Europe qui vient de recevoir le prix Nobel de la paix et qui se tait devant ce massacre qu’une guerre aurait pu engendrer.

Je crois que la politique européenne de l’immigration considère le tribut de ces vies humaines comme une façon de diminuer le flux de l’immigration, voire comme un moyen de dissuasion.

Mais si, pour ces personnes, ces voyages en bateau restent leur unique chance d’espérer, je crois que leur mort en mer doit être pour l’Europe entière une honte et un déshonneur.

Tous doivent savoir que c’est Lampedusa et ses habitants et les services de prise en charge et d’accueil qui donnent sa dignité à l’Italie, qui donnent sa dignité à l’Europe.

Donc, si ces morts n’appartiennent qu’à nous, je veux recevoir de l’Europe un télégramme de condoléances à chaque fois qu’on accueille le corps d’un noyé que la mer nous apporte.

Comme s’il avait la peau blanche.

Comme s’il était notre enfant noyé pendant les vacances. »

Giusi, qui n’a pas mis son cerveau au fond de sa poche avec un mouchoir par dessus, a l’art de ramener nos grands débats intellectuels éthérés aux choses les plus simples. Tu l’as bien compris, Giusi Nicolini nous invite à voir dans chaque réfugié, « non pas le futur immigré, mais un homme qui allait se noyer et qu’on a sauvé. Même votre Front National ferait ce que nous faisons s’il était ici. »

« Un holocauste moderne est en train de se dérouler en Méditerranée. »

La lionne a tellement rugi que jusqu’au pape François est venu à Lampedusa.

« Tous devraient venir regarder ces visages terrifiés, toucher ces mains tendues. Personne ne peut voir ça sans avoir envie d’aider. Et non de demander : Attends, toi, tu viens d’où ? De Côte d’Ivoire ? Désolé, si tu viens pour des raisons économiques, je te laisse te noyer ! »

Giusi, quand Klaus Vogel est venu lui faire part de son projet SOS Méditerranée, elle lui a dit : « Vous êtes complètement fous ! Mais je suis avec vous bien sûr. »

Et nous, obstinément, nous dresserons des monuments en l’honneur de tous ces cœurs palpitants pour qui un être humain vaut toujours mieux qu’un taux de rentabilité.

Les valeureux de notre temps

  1. Fagera ! Elle est passée ! Francesca Peirotti
  2. « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Pierre-Alain Mannoni
  3. « Mais prenez-les chez vous ! » Cédric Herrou
  4. « Mineurs c’est pour la loi, pour les hommes ce sont des enfants. » François Creton
  5. « Ils ont osé mettre l’abbé Pierre en garde à vue ! » Hubert Jourdan
  6. « Je ne peux pas être bien chez moi quand quelqu’un a faim à côté. » Gisèle et Jean-Pierre Cottalorda
  7. « Une histoire difficile et révoltante, une histoire humaine. » Agathe Nadimi
  8. « Vous regrettez ce que vous avez fait ? Non, pas du tout. » Claire Marsol
  9. Avec ses mots tout simples, dans sa cuisine, elle m’a parlé de la grandeur. Les aidants inconnus
  10. « Les dangereux activistes n’ont plus de tentes à donner ce soir. Mais ils ont fait le plein de colère. » Marie-Laure Malric
  11. « Je n’arrive pas à me mettre dans la tête que ce que je fais n’est pas bien. » « Maman Françoise » Cotta
  12. « La température, dehors, elle ne fait pas de différence. Elle ne demande pas de carte d’identité. » Malik Diallo
  13. « Ouvrez vos gueules et défendez les faibles. Partout. Tout le temps. » Gaspard Glanz
  14. « Elle me montre les blessures de son petit de 5 ans » Félix Croft
  15.  Les petits-enfants de vos petits-enfants seront fiers de vous. Les mémés du Secours catholique
  16. « Montrons au monde que nous prenons, nous, notre part d’humanité. » Carole Thibaut
  17. « Depuis qu’il y a des caméras, la police ne nous embête plus. » Les 80 volontaires de Wilson
  18. 513 personnes secourues aujourd’hui. Les équipes de SOS Méditerranée
  19. « Accroche-toi, frère ! » Klaus Vogel