10 mars 2017

513 personnes secourues aujourd'hui. Monument en l'honneur des équipes de SOS Méditerranée

Sauvetage-18-avril-2016.jpg
 

Les valeureux de notre temps que nos petits-enfants honoreront en gravant leurs noms sur les monuments du futur. #18 Les équipes de SOS Méditerranée

Voici une journée, oui, une seule journée, consignée sur le journal de bord de l’Aquarius, le bateau de SOS Méditerranée.


513 personnes secourues lors de 5 opérations de sauvetage en moins de 24 heures

Alors que le 7 mars prochain, SOS Méditerranée aura assuré un an d’opérations de sauvetages en mer, ceux-ci continuent à s’enchaîner au large des côtes libyennes. Durant les dernières 24 heures, l’Aquarius a secouru 513 personnes dont un tiers originaires du Bangladesh. Toutes sont en sécurité à bord du navire qui se dirige vers le port de Pozzalo, en Sicile.

Un premier sauvetage de 101 personnes jeudi 2 mars

Jeudi 2 mars à 5h35 du matin, l’Aquarius de SOS Méditerranée a reçu un appel du Maritime Rescue Coordination Center de Rome, signalant un bateau en détresse. Les opérations se sont déroulées à l’aube dans de bonnes conditions, permettant de sécuriser 101 personnes entassées sur un pneumatique, dont une grande majorité (91) originaires du Bangladesh et quelques Africains (Nigéria). Des navires présents sur zone opéraient en même temps des sauvetages auprès d’autres bateaux en détresse.

89 personnes secourues d’une barque en bois vendredi en pleine nuit

Vendredi à 1h du matin, l’Aquarius a repéré un bateau en bois bleu de 9-10 m de long. Les opérations de sauvetage se sont déroulées de nuit, avec un vent assez fort et des vagues. 2h plus tard, le sauvetage était effectué avec succès, permettant de ramener 89 personnes en sécurité parmi lesquelles 73 Bangladais, des Libyens, des Érythréens et des Ouest-Africains. On dénombre 41 mineurs parmi les rescapés.

Le bateau en bois, en mauvais état, aurait quitté les côtes libyennes à 18h00 la veille. Plusieurs rescapés souffraient d’hypothermie et de mal de mer. L’équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) a immédiatement pris en charge 4 personnes en détresse pour les placer sous surveillance médicale au sein de la clinique de l’Aquarius.

« Après que notre bateau a quitté la rive, nous avons été approchés par un bateau à moteur, peut-être des gardes-côtes, mais ensuite ils sont partis sans rien faire », déclare J., originaire de Dacca au Bangladesh. « Nous avons tous quitté le Bangladesh à cause de la violence et de la pauvreté, la situation est très mauvaise là-bas. Mais la Libye est vraiment pire. En Libye, on ne peut pas aller au marché sans craindre d’être fusillé » indique-t-il.

Un triple sauvetage dans la matinée, 323 personnes secourues

Ce vendredi à 8h40, un premier contact radar puis un contact visuel permettait à l’Aquarius d’identifier plusieurs embarcations en détresse. 10 minutes plus tard, un bateau se présentant comme « garde-côte libyen » approchait. Après un échange verbal de nature amicale, le bateau est resté présent toute la durée de l’opération.

L’opération s’est déroulée avec succès avec une météo clémente. Après 2h30 d’allers et retours, 323 personnes étaient secourues, rescapées de deux bateaux en caoutchouc et d’un bateau en bois.  Tout au long du triple sauvetage, le navire norvégien Siem Pilot (Frontex) se situait à 3 à 4 milles de l’Aquarius.

Au total, ce sont  323 personnes qui ont été secourues : 233 hommes, 90 femmes et 60 mineurs (dont 20 non accompagnés) dont 19 enfants de moins de 5 ans, 7 bébés de moins de 1 an (dont 2 jumeaux), 12 bébés de 1 à 4 ans. 33 ont moins de 13 ans.

Des canots dégonflés et surpeuplés

« Au cours de la première approche, nous avons remarqué des bulles sortant de l’un des deux bateaux en caoutchouc, ce qui signifie qu’il était déjà dégonflé. Le canot était surpeuplé et nous avons dû évacuer le plus rapidement possible les premières femmes et les enfants, puis le reste des passagers. Tout le monde est en sécurité maintenant, c’est un tel soulagement. Les sauvetages de bateaux avec des femmes et des enfants sont toujours des moments très intenses et émotionnels, même pour un équipage expérimenté. » a déclaré Max Avis, coordonnateur adjoint de l’équipe de sauvetage de SOS Méditerranée.

Des rescapés syriens en nombre

Sur le bateau en bois, la plupart des passagers étaient des Syriens. On compte sur ce triple sauvetage douze nationalités. 186 nigérians, 62 syriens, 21 gambiens.

« Nous venons de l’enfer, et nous sommes maintenant au ciel », ont déclaré certains des Syriens, retrouvant le sourire juste après le sauvetage.

« Sur le bateau c’était terrifiant, mais nous n’avons pas le choix ». Ces Syriens ont vécu de 3 à 5 ans en Libye, après avoir fui la guerre en Syrie.

« Nous avons décidé de quitter la Libye il y a 3 mois, à cause de la situation là-bas. Nous n’avions pas le choix. Ma famille est toujours dans la région d’Alep. Je les ai appelés hier avant de partir », dit M., âgé de 35 ans.  

« En Libye, c’est une situation catastrophique, les milices, pas d’argent, pas de gouvernement, les guerres entre deux villes. Je pense qu’à la fin de cette année, il n’y aura plus de Syriens en Libye. »

Sur les bateaux en caoutchouc, la plupart des passagers étaient des Africains, des Subsahariens avec un nombre important de femmes. L’Aquarius se dirige actuellement vers le port de Pozzalo en Sicile, sur consigne du MRCC [Maritime Rescue Coordination Center], où il devrait arriver samedi soir.

=> Source : SOS Méditerranée.

Les valeureux de notre temps

  1. Fagera ! Elle est passée ! Francesca Peirotti
  2. « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Pierre-Alain Mannoni
  3. « Mais prenez-les chez vous ! » Cédric Herrou
  4. « Mineurs c’est pour la loi, pour les hommes ce sont des enfants. » François Creton
  5. « Ils ont osé mettre l’abbé Pierre en garde à vue ! » Hubert Jourdan
  6. « Je ne peux pas être bien chez moi quand quelqu’un a faim à côté. » Gisèle et Jean-Pierre Cottalorda
  7. « Une histoire difficile et révoltante, une histoire humaine. » Agathe Nadimi
  8. « Vous regrettez ce que vous avez fait ? Non, pas du tout. » Claire Marsol
  9. Avec ses mots tout simples, dans sa cuisine, elle m’a parlé de la grandeur. Les aidants inconnus
  10. « Les dangereux activistes n’ont plus de tentes à donner ce soir. Mais ils ont fait le plein de colère. » Marie-Laure Malric
  11. « Je n’arrive pas à me mettre dans la tête que ce que je fais n’est pas bien. » « Maman Françoise » Cotta
  12. « La température, dehors, elle ne fait pas de différence. Elle ne demande pas de carte d’identité. » Malik Diallo
  13. « Ouvrez vos gueules et défendez les faibles. Partout. Tout le temps. » Gaspard Glanz
  14. « Elle me montre les blessures de son petit de 5 ans » Félix Croft
  15.  Les petits-enfants de vos petits-enfants seront fiers de vous. Les mémés du Secours catholique
  16. « Montrons au monde que nous prenons, nous, notre part d’humanité. » Carole Thibaut
  17. « Depuis qu’il y a des caméras, la police ne nous embête plus. » Les 80 volontaires de Wilson

© Chroniques du Yéti, after the WP Dusk To Dawn theme Propulsé par Dotclear