Ceux qui brandissent l'épouvantail FN sont devenus aussi dangereux que celui-ci

bande_des_quatre.jpg
La bande des quatre

Cette présidentielle atteint des sommets dans le déprimant, avec cette impression nauséeuse de n’avoir pas d’échappatoire (ou presque) à la catastrophe. Entre le Front national et les corrompus qui le brandissent en épouvantail pour se faire élire, le cœur ne balance plus, il se révulse.

Le pire est qu’il est de plus en plus évident que la différence entre les deux camps est en train de fondre à vue d’œil. On n’amoindrira pas ici le danger représenté par le parti de la candidate Le Pen. Oui, le FN est bien un parti raciste, régressif, bénéficiant d’inquiétantes sympathies dans l’armée et la police.

Le danger du FN vient de l’extérieur

Mais il y a fort à parier qu’une fois parvenu au sommet de l’État, le FN, livré à lui-même, serait bien incapable d’exercer le moindre pouvoir par manque cruelle de compétences en son sein.

Non, ce qui rendrait vraiment le FN dangereux, ce serait le ralliement desdites “compétences” à son autorité. Ce qui hélas ne manque jamais d’arriver tant est irrésistible l’attrait du pouvoir. Les quelques hordes initiales de brutes épaisses nazies seraient probablement restées cantonnées à la rubrique des faits divers de l’Histoire, s’ils n’avaient pas été rejoints par les “élites” financières, industrielles, scientifiques et culturelles allemandes.

En attendant, ces “élites compétentes” qui dénoncent le “danger FN” à cors et à cris sévissent bel et bien déjà dans notre pays et à défaut de rallier immédiatement le Front national, s’abritent derrière trois candidats entièrement dévolus à leurs intérêts : Fillon l’archaïque, Macron l’illuminé et Hamon en hochet insipide de la fausse gauche.

On ne choisit pas entre deux chaos

À l’heure qu’il est, ces “élites compétentes”, corrompues et dépassées, causent même autrement plus de ravages que leur épouvantail d’extrême-droite pour la bonne raison qu’elles sont, elles, aux manettes du pays depuis des années.

Dites-moi donc la différence entre les imprécations des frontistes contre les immigrés et l’interdiction faite par la maire LR de Calais de nourrir les réfugiés ou les anathèmes lâchés par le “socialiste” Valls à l’encontre des Roms ? Nos forces de l’ordre ont-elles attendu l’avènement de leur égérie pour montrer toute l’étendue de leurs brutalités, avec la bienveillance sinon l’incitation de leur hiérarchie actuelle ? Faut-il  rappeler la soumission de ces minables à l’oligarchie de Bruxelles, leurs magouilles financières de moins en moins dissimulées, leurs déréglementations sauvages à la sauce créancière, leur poutinophobie hystérique pour donner le change, leurs viles saloperies moyen-orientales ou africaines… ?.

Non, non, tout ça c’est fini, terminé, on ne m’y prendra plus. Alors bien sûr, je ne vais pas non plus me mettre à voter pour l’épouvantail FN à quelque tour que ce soit. Mais plus non plus pour les prédateurs dangereux qui sont en train de précipiter le saccage de mon pays. En clair, le “vote utile”, c’est fini. Pareil pour les accords à la mords-moi-le-nœud de dernière minute que des incorrigibles continuent de pétitionner.

Je ne vois aucune raison valable de choisir entre deux maux, les uns prétendument pour un “monde d’autrefois” entièrement fantasmé, les autres qui tentent de perpétuer un système mafieux, quitte même à s’associer avec les premiers pour y parvenir. Si une majorité d’électeurs s’obstinent à vouloir aller ainsi à l’abattoir, eh bien c’est son problème. Mais très peu pour moi. On ne choisit pas entre deux chaos.