La guerre fait rage entre les David et les Goliath de l'information

Decodex_alternatif.jpg
Un “Décodex alternatif” lancé par le site Le Grand soir

Décidément, il semble que les médias dits mainstream soient devenus les ultimes remparts du vieux système néolibéral globaliste. Et ils font feu de tout bois pour sauver ce qui reste de leur citadelle assiégée. Avec des fortunes très incertaines…

On a vu en France comment quelques godelureaux d’un ex-journal de référence battu en brèche avaient tenté de lancer une fatwa contre les impies des réseaux sociaux et autres sites d’infos alternatives.

Comme il fallait s’y attendre, leur pitoyable Decodex s’en est pris plein la gueule en retour. Un exemple ici avec François Ruffin du journal Fakir, mouchant d’importance un des impudents coquelets :

Bien d’autres exemples abondent de ces répliques cinglantes administrées au malheureux Decodex, de Aude Lancelin, ex-directrice de rédaction défroquée du Nouvel Obs, à Emmanuel Todd volant lui aussi au secours de « mon ami Olivier Berruyer » dont le site les-crises.fr avait été injustement déclassé par nos apprentis censeurs, en passant par le Decodex alternatif lancé par un Grand soir vengeur.

CNN coupe la chique à Bernie Sanders. Trump vole à son secours

Mais il n’y a pas qu’en France que la bagarre contre les mastodontes de l’information sévit. Un épisode symptomatique vient de se dérouler aux États-Unis où la chaîne CNN vient de réussir l’exploit de rapprocher deux personnalités politiques de la tendance “dégagiste” que tout semblait opposer : Donald Trump et Bernie Sanders.

Interviewé sur CNN le 10 février, Bernie Sanders, qui était en train de dézinguer le nouveau président américain pour ses sympathies supposées avec la Russie poutinienne, eut le mauvais goût d’évoquer  les « fausses nouvelles » (fake news) diffusées par la chaîne qui le recevait. Aussitôt, CNN coupait le son, puis l’image, laissant Bernie Sanders médusé.

Il n’en fallait pas plus à Donald Trump pour voler au secours de son vieil adversaire démocrate en raillant sur Twitter cette “coupure technique” aussi grossière qu’intempestive :

« Pendant les fausses nouvelles sur CNN, Bernie Sanders a été coupé pour avoir utilisé le terme de “fausses nouvelles” pour décrire la chaîne. Ils ont dit que c’était des problèmes techniques ! »

La bagarre de l’information fait donc rage aux quatre coins de l’empire. Mais, malgré leurs moyens financiers sans commune mesure avec ceux de leurs rivaux du web, pas sûr que les Goliaths mainstream aient le dessus sur les David alternatifs et les “dégagistes”. Raison de plus pour ces derniers de « leur rentrer dans la gueule » avec un entrain redoublé.