« Ouvrez vos gueules et défendez les faibles. Partout. Tout le temps. » Gaspard Glanz

Gaspard_Glanz.jpg
 

Les valeureux de notre temps. Ceux que nos petits-enfants honoreront en gravant leurs noms sur les monuments du futur. #13 Gaspard Glanz

Gaspard Glanz est journaliste. On le voit au premier rang partout où ça chauffe : de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes aux manifestations contre la loi Travail en passant par les réfugiés dans la jungle de Calais ou les trottoirs de Paris. Sa caméra filme l’action de la police contre les opposants comme envers tous ceux que les pouvoirs publics ne veulent pas voir. Si tu souhaites en savoir plus sur le bonhomme, une vidéo d’entretien et un texte de présentation de Gaspard Glanz vont m’économiser de la sueur.

Tirs de balles de défense, de grenades, de gaz lacrymogènes ; utilisation de canons à eau, de tonfas, d’armes de guerre ; Gaspard Glanz filme toujours. Avec le risque d’être la première victime de la violence policière. Ses nombreux passages à l’hôpital montrent que ce n’est pas un risque théorique. Mais s’il figure aujourd’hui sur le monument en hommage aux valeureux de notre temps, c’est d’abord pour l’esprit qui l’anime. Cet esprit d’insoumission radicale à l’inacceptable, de résistance à l’odieux.

Gaspard_Glanz2.jpg
 

« Dimanche 29 Janvier 14h30 - Paris, Gare de l’Est. J’observe trois agents SNCF fouiller le sac d’un (visiblement) migrant, à la suite de quoi ils lui ordonnent de quitter la gare avec mépris et véhémence.

Je m’approche calmement avec mes bagages et demande “que se passe-t-il ?” Réponse : “c’est pas vos affaires”. Je signale que nous sommes dans le hall de la gare et que c’est un espace public, cherchant à connaitre la justification légale de cette éviction sélective. “C’est Vigipirate. Il y a un arrêté préfectoral”.

C’est à partir du moment où j’ai demandé “lequel ?” que tout est parti en vrille. “Dégagez ! Allez voir sur internet !”. Deux passants s’approchent avec leurs téléphone en mode caméra : il n’en fallait pas plus pour m’allumer avec le carnet à amendes : “incitation à l’émeute” (100€), “tapage” (100€), “entrave au bon fonctionnement du service” (100€) et m’empêcher d’accéder à mon train (100€ de plus).

Puis, ils ont voulu me contrôler et fouiller mon sac. Là, j’ai dit non : ça suffit les petits soldats de la SNCF qui se prennent pour des flics : appelez les vrais. Ils arrivent en vélo dans le hall de gare. Visiblement, ils sont emmerdés par la situation (attroupement de 50 passagers en train de dire “il a raison”, “c’est inadmissible”, “laissez-le partir”, “vous n’avez pas le droit de faire ça”, etc.)

Plutôt que d’arrêter le dangereux perturbateur, ils se sont contentés de calmer le jeu et de raccompagner gentiment les agents SNCF dans leur local. Si j’avais réellement commis les infractions pré-citées, ça ne se serait pas passé aussi bien, n’est ce pas ?

Aaah, les gens qui ont raté le concours de la police et qui se retrouvent à faire les gros bras contre des migrants qui ont froid ! Et Gare de l’Est, en ce lieu chargé d’histoire qui mérite que l’on fasse un peu attention à l’image que l’on renvoie de la SNCF (condamnée après la guerre pour collaboration et déportation) quand on est un(e) de ses agent(es). Et là on ne m’accusera pas “d’injure publique” parce que c’est la triste vérité !

À la fin de tout ça j’ai même eu droit à “souillure et dégradation” (100€) pour avoir craché à leur pieds. C’est la seule amende que je paierai parce que j’ai du respect pour le macadam. Les autres 500€ vous pouvez vous les carrer bien profond à l’extrême-droite de votre anus.

Ne détournez pas le regard. Ouvrez vos gueules et défendez les faibles. Partout. Tout le temps. »

=> Source : Gaspard Glanz.