Images et témoignages d'Alep au lendemain de la libération des quartiers est

Photo : Vanessa Beeley
Soldat de l’armée syrienne brandissant un drapeau du Front al-Nosra saisi dans la mosquée Omeyyed après la libération d’Alep est.

Depuis la libération d’Alep est, des témoignages sur ce qui se passe dans cette ville commence à nous parvenir. Ils n’ont rien à voir avec ces véritables “reality shows” que les medias occidentaux nous égrainaient avec des commentaires et des mises en scène plus dramatiques les uns que les autres. Contre-propagande à la propagande ? À vous de juger.

Qui nous expliquera comment l’on pouvait communiquer aussi régulièrement, quasi à la demande, par téléphone, Twitter et Skype, depuis des quartiers est assiégés et privés de moyens de communication comme vient de le constater la journaliste Vanessa Beeley qui suivait les troupes de Damas lorsqu’elles reprirent Alep est ?

« J’ai passé trois jours à Alep-Est et je n’ai eu ni 3G, ni Wi-Fi, ni électricité, je ne pouvais même pas utiliser mon portable, car il n’y avait pas de signal. »

Voici un court extrait d’une vidéo de 30 minutes tournée dans le centre d’enregistrement de Jibreen par Vanessa Beeley sur l’accueil des réfugiés en provenance d’Alep est par les autorités syriennes :

Car c’est vers les quartiers ouest tenus par le régime que se sont réfugiés les habitants d’Alep est. Les “rebelles”, eux, n’ont pas été massacrés, mais évacués sous supervision de la Croix-rouge (CICR) par bus, vers la Turquie pour les étrangers, vers la ville d’Idlib pour ceux de nationalité syrienne.

Evacuation_rebelles.JPG
Évacuation des rebelles et de leurs familles par bus

Où étaient les fameux “casques blancs” qu’on aurait logiquement dû retrouver occupés, après la libération de la zone, à leur mission de sauvetage. Partis (dans les bus ?) par «crainte des représaille »

« On a peur des exécutions, on a peur des tortures, on a peur de tout ! » (Ammar Salmo, responsable des Casques blancs d’Alep sur France info).

Enfin, voici le témoignage des élèves de Pierre Le Corf un humanitaire français habitant et enseignant à Alep ouest :