Touché-coulé : la reprise d'Alep porte un coup fatal à la propagande délirante des médias occidentaux

ILLUSTRATION
14 décembre : la Tour Eiffel éteinte en soutien des habitants d’Alep.

Au lendemain de la reprise d’Alep, la propagande médiatique occidentale prend l’eau de toute part et ressemble de plus en plus à un mur de Berlin à deux doigts de sa chute.

« Les politiciens, les “experts” et les journalistes occidentaux vont devoir revoir leurs copies dans les prochains jours, maintenant que l’armée de Bashar al-Assad a repris le contrôle de l’est d’Alep », écrivait Robert Fisk, correspondant au Moyen-orient pour The Independent, au lendemain de l’assaut victorieux des forces loyalistes sur le dernier carré des “rebelles modérés” d’Al Qaïda.

Eh bien pour l’instant, les politiciens, les “experts” et les journalistes occidentaux tardent sérieusement à faire amende honorable, préférant camper sur des positions intenables, avec des arguments aussi éculés que creux.

Conspiration poutinienne ! C’est en tout cas la seule réponse des médias à cette déferlante de nouvelles contraires : le conspirationnisme, l’argument qui tue… quand on n’en a plus d’autres. Et tous de se jeter sur le même os, de reprendre les mêmes éléments de langage pré-mâchés.

Voici Libération et Les Inrocks et Rue89/l’Obs ânonnant de concert pour essayer d’éteindre l’incendie allumé par une journaliste canadienne douteuse, forcément douteuse :

« La vidéo d’une journaliste soi-disant «indépendante» accusant de mensonges les médias occidentaux sur la Syrie est devenue virale. Son discours ne fait que répéter la propagande prorusse et pro-Damas » (Libération).

« La propagande russo-syrienne à propos de la bataille d’Alep bat son plein. Sur YouTube, le seconde vidéo la plus vue en ce moment émane ainsi de Russia Today France, preuve de sa puissance sur internet » (Les Inrocks).

« Gros succès viral pour une pseudo-dénonciation des mensonges des médias « mainstream » sur la Syrie, par une Canadienne qui publie sur des sites pro-russes, repris par de nombreux conspirationnistes » (Rue89/l’Obs).

Voici Le Monde, ex-journal de référence défroqué, donnant quelques conseils avisés pour tenter d’endiguer les informations échappant au contrôle du microcosme autorisé :

« - Partez du principe qu’une information donnée sur le web par un inconnu est par défaut plus fausse que vraie [celles diffusées par les réseaux sociaux, par exemple ?].

 - Fiez-vous plutôt aux médias reconnus » [Le Monde, par exemple ?].

Vous remarquerez qu’aucun d’eux ne répond véritablement aux affirmations d’Eva Bartlett, la journaliste canadienne : il n’y a aucune ONG crédible à Alep est pour informer sérieusement les médias occidentaux sur la situation là-bas.

Devant ce déluge dégoulinant, en mode défensif maximum, une seule chose paraît assurée aujourd’hui : c’est bien une guerre mondiale qui bat son plein, la Troisième du nom, et l’empire occidental vient bel et bien de perdre la bataille de communication sur Alep.