RESF info : urgence pour M. Khudoevi, expulsion annoncée

non_aux_expulsions.jpg

Expulsion annoncée mardi pour un père de famille géorgien, en France depuis 5 ans.

Monsieur Khudoevi, père de famille géorgien, en France depuis bientôt 5 ans, a été arrêté et placé au centre de Rétention de Vincennes le 15 octobre 2016 et sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire Français. Un vol est prévu le mardi 8 novembre pour l’expulser vers la Géorgie et l’arracher à sa famille.

Une famille qui a choisi de vivre en France depuis 2011, alors qu’elle a subi depuis 2008 diverses pressions dans son pays, étant d’origine Kurde et de confession Yézide, minorité ethnique et religieuse opprimée en Géorgie. Des menaces qui l’ont obligée à se séparer, à errer en Europe (Pologne et Allemagne), et qui a pu depuis 2011 se reconstituer dans ce pays. Ils ont deux enfants, l’une, née en Géorgie, scolarisée en cours élémentaire, et l’autre, 3 ans né en France.

Ils ont été déboutés du droit d’asile en France en 2013.

Ils vivent à Torcy et font partie des familles qui peuvent être régularisées dans le cadre de la circulaire Valls : présence en France depuis 5 ans et une enfant scolarisée depuis plus de 3 ans (à l’école élémentaire Victor Hugo de Torcy). Ils avaient dans cette intention sollicité l’association Turbulences. Leurs dossiers de demande de régularisation étaient prêts et devaient être déposés dès que les cinq années de présence en France seraient révolues, fin octobre pour madame et fin décembre pour monsieur.

Pour nourrir sa famille Monsieur Khudoevi convoyait des particuliers, en utilisant une application de covoiturage nocturne mettant en relation des clients avec des chauffeurs non professionnels. Pour lui cette façon de gagner sa vie n’était qu’un pis-aller en attendant d’avoir des papiers pour pouvoir enfin trouver un travail déclaré. Il a été arrêté dans la nuit du samedi 15 octobre alors qu’il véhiculait deux personnes dans le cadre de cette activité.

Le renvoi en Géorgie de monsieur Khudoevi, non seulement peut mettre en danger la vie de ce dernier, mais va le séparer de sa femme et de ses enfants, fragilisant ces derniers. Si la famille retourne en Géorgie, quel avenir pour les enfants et en particulier pour Eteri qui a commencé sa scolarité en France ? Comment intégrer une école en Géorgie dans une langue qu’elle connaît à peine alors qu’elle est bien intégrée ici dans son école française ?