Boby Lapointe chante « Ta Katie t'a quitté »

Photo : Boby-Lapointe.jpg

La gymnastique des zygomatiques en chanson #4. Où l’on écoute Boby Lapointe en son délire langagier. Chaque lundi, pour bien commencer la semaine, on s’en met une poilante tout droit dans les oreilles. C’est la chanson du lundi.

Imagine. Tu deviens ami avec une dame qui est folle de Boby Lapointe et en possède l’œuvre intégrale enregistrée. C’est son exotisme à elle : la dame est anglophone. Elle dispose fort heureusement des textes imprimés des chansons dans le coffret de disques compacts. Ce qui lui permet d’améliorer grandement sa compréhension trop limitée.

Et toi, tu te retrouves à lui expliquer chaque point obscur pour qui n’a pas tété au sein maternel la langue de Rabelais et Molière, qu’on trouve dans les dictionnaires, mais aussi de Bruant et Audiard, ce qui est souvent quelque peu vicelard.

Igor is black ? Je ne comprends pas. Non, il est “noir”, he’s drunk, bourré, saoul, ivre. Comme l’anglais, et comme de nombreuses langues, le français dispose d’un riche vocabulaire dans le domaine de l’alcool et de ses effets… Et ainsi, vers après vers, tu fais sortir de l’obscurité toutes les chausse-trappes de l’histoire de ce “russe blanc qui est noir”.

Jusqu’à sa conclusion. “Pour une sonnerie, c’est une belle sonnerie”. Où le meilleur des dictionnaires se révèle inapte à montrer qu’il faut changer une seule lettre pour avoir un autre mot et un autre sens.

Bon, avec Boby Lapointe, on a bien rigolé plus d’une soirée.

« Ce soir au bar de la gare
Igor hagard est noir
Il n’arrête guère de boire
Car sa Katia, sa jolie Katia

Vient de le quitter
Sa Katie l’a quitté
Il a fait chou-blanc
Ce grand-duc avec ses trucs

Ses astuces, ses ruses de Russe blanc
Ma tactique était toc
Dit Igor qui s’endort
Ivre mort au comptoir du bar

Un Russe blanc qui est noir
Quel bizarre hasard ! se marrent
Les fêtards paillards du bar
Car encore Igor y dort

Mais près d’ son oreille
Merveille ! Un réveil vermeil
Lui prodigue des conseils
Pendant son sommeil

Tic-tac tic-tac
Ta Katie t’a quitté
Tic-tac tic-tac
Ta Katie t’a quitté
Tic-tac tic-tac
T’es cocu, qu’attends-tu ?

Cuite-toi, t’es cocu
T’as qu’à, t’as qu’à t’ cuiter
Et quitter ton quartier
Ta Katie t’a quitté
Ta tactique était toc
Ta tactique était toc

Ta Katie t’a quitté
Ôte ta toque et troque
Ton tricot tout crotté
Et ta croûte au couteau
Qu’on t’a tant attaqué

Contre un tacot coté
Quatre écus tout comptés
Et quitte ton quartier
Ta Katie t’a quitté
Ta Katie t’a quitté
Ta Katie t’a quitté
Ta Katie t’a quitté

Tout à côté
Des catins décaties
Taquinaient un cocker coquin
Et d’étiques coquettes
Tout en tricotant
Caquetaient et discutaient et critiquaient

Un comte toqué
Qui comptait en tiquant
Tout un tas de tickets de quai
Quand tout à coup
Tic-tac-tic driiing !

Au matin quel réveil
Mâtin quel réveille-matin
S’écrie le Russe, blanc de peur
Pour une sonnerie
C’est une belle sonnerie !  »