RESF info : la préfecture de l'Isère s'acharne contre un père de famille, expulsion prévue dimanche

165002_vignette_expulsion.jpg

Emmanuel KUNDELA, sa femme et leurs deux premiers enfants sont arrivés en France en 2011, il y a presque 5 ans. Ils fuyaient le Kivu, province du Congo (RDC), toujours en guerre et où il n’y a pas de sécurité pour la population.

Ils ont demandé l’asile en France, mais ont été déboutés. Chaque année, ils ont déposé un dossier en Préfecture pour demander leur régularisation, sans succès.

Deux autres enfants sont nés à La Tronche (38). Un cinquième enfant attendu pour bientôt. Les trois aînés sont scolarisés, l’aîné est en 5e au collège Stendhal et le second en primaire, ils ont entamé leur cinquième année de scolarité.

C’est une famille très bien intégrée dans la vie locale. Emmanuel Kundela est arrivé à travailler pour la faire vivre, d’autant que le Conseil départemental refuse de donner un sou aux familles étrangères « sans papiers », sans tenir compte de leur situation et leurs demandes de régularisation.

Un guichetier zélé…

Le 20 août, Emmanuel Kundela est allé à La Poste retirer de l’argent. Un guichetier zélé, trouvant que le récépissé n’avait pas l’air d’un vrai récépissé, a appelé la police. Emmanuel a été arrêté et immédiatement transféré au Centre de Rétention de Nîmes.

Un premier refus d’embarquement à Marseille, ce père n’imagine pas abandonner femme et enfants sans soutien. Jugement défavorable du tribunal administratif. Il lui est reproché de ne pas avoir respecté une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) expirée le 16 février 2016 et de n’être pas allé signer à la police plusieurs fois par semaine.

Transféré le 19 septembre à Roissy, il est maltraité pour le faire monter dans l’avion. Des passagers outrés se sont levés, empêchant l’avion de décoller. Il a été redescendu et réenfermé au centre de rétention voisin du Mesnil Amelot.

Toujours la même rengaine

Et toujours la même rengaine, monsieur n’a pas obéi, monsieur doit être expulsé. Un vol est annoncé pour dimanche « prochain », 25 septembre ou 2 octobre, le flou persiste.

Tous les recours juridiques sont épuisés. La préfecture est à ce jour restée sourde et aveugle devant les interventions des élus locaux. Durant l’été , les tentatives d’expulsions de parents se sont multipliées. Des familles ont été brisées, mais quelques pères ont été libérés.

Amplifions le soutien à la famille Kundela, dénonçons publiquement le non-respect par la France de la Convention des droits de l’enfant, qui stipule notamment article 2, l’enfant ne doit pas souffrir de la situation juridique de ses parents, de leurs activités … et article 9 l’enfant a le droit de vivre avec ses parents… La France l’a signée et en viole régulièrement les principes.

Dans quelques semaines, Emmanuel Kundela et sa famille entreront dans les critères de régularisation des familles de la circulaire Valls. Il doit être libéré, sa femme et lui régularisés !