Septembre 2016 : trois nouvelles bulles critiques dans un océan de bulles

ILLUSTRATION

Comme si ça ne suffisait ! En septembre, trois nouvelles bulles critiques — la dette des ménages américains, la dette des étudiants étatsuniens et la bulle du transport maritime mondial — viennent de s’ajouter à l’océan de bulles critiquesqui menacent le système.

1. La bulle de la dette des ménages américains

Selon les statistiques publiées le 10 août 2016 par la Fed de New York, l’endettement des ménages américains a bondi de 35 milliards de dollars au premier trimestre, pour culminer à 12 290 milliards de dollars. Un record. La hausse est particulièrement marquée pour les crédits automobiles (+3%) et l’endettement par cartes de crédit (+2,4%), qui atteignent respectivement 1100 milliards et 729 milliards de dollars. 

2. La bulle de la dette des étudiants étatsuniens.

Un rapport récent publié sur collegedebt.com indique que la dette étudiante actuelle aux États-Unis est de 1400 milliards de dollars. Selon une nouvelle analyse publiée par Moody’s, les obligations de la dette étudiante sont en croissance beaucoup plus rapide que la dette des cartes de crédit ou les prêts automobiles, et les salaires moyens des nouveaux diplômés ne suivent pas. La dette moyenne des étudiants aux États-Unis a augmenté à environ 29 000 $, soit un bond de 60%, d’environ 18 000 $ depuis 2007, et un doublement du montant depuis 2009, selon le Ministère de l’Éducation. 

3. La bulle du transport maritime.

Avis de gros temps sur l’industrie mondiale du conteneur maritime :

« Sale été pour le transport maritime de conteneurs, ces grandes boîtes qui sillonnent les mers à bord de gigantesques navires où elles sont entassées comme des briques de Lego. Le thermomètre du secteur, l’indice SCFI (Shanghai Containerized Freight Index), a plongé depuis le 1 août de près de 20 %, faisant craindre à l’industrie la perspective d’un effondrement massif. , titre même la banque Morgan Stanley dans son dernier rapport sur le marché du conteneur maritime, en référence à l’une des années les plus noires qu’il ait connu. Ses auteurs anticipent pour cette année une perte globale de 5 milliards de dollars » (source : Les Échos).

Un océan de bulles critiques

En septembre 2016, toute l’économie mondiale est en lévitation.

En septembre 2016, toute l’économie mondiale repose sur de gigantesques bulles, qui gonflent, qui gonflent encore, qui gonflent toujours :

  • La bulle boursière.
  • La bulle bancaire.
  • La bulle des dettes publiques.
  • La bulle chinoise.
  • La bulle immobilière.
  • La bulle de l’extraction pétrolière.
  • La bulle de l’art contemporain.
  • La bulle du secteur de l’acier.

Et maintenant :

  • La bulle de la dette des ménages américains.
  • La bulle des étudiants étatsuniens.
  • La bulle du transport maritime.

Conclusion :

Quand ces bulles éclateront, nous aurons une crise de type 1929.