Pokémon Go : les ficelles tordues d'un jeu de cons

Un jeu de cons mondialisé

Je viens de trouver ça sur le journal d’un pote Facebook. Concerne le jeu Pokémon Go et les dindons qui se prêtent à cette farce stupide.


Le projet Pokémon Go a été créé conjointement par The Pokémon Company, Nintendo et Niantic, ancienne filiale de Google. Niantic a été fondé par John Hanke, également fondateur de la compagnie Keyhole, Inc. spécialisée dans la création de cartes géospatiales. La compagnie a été financée par In-Q-Tel, un fonds américain de capital-investissement mis en place par la CIA en 1999.

À l’époque, plusieurs tâches ont été accomplies :

  • la cartographie de la planète régulièrement mise à jour, y compris les autoroutes et tous les grands objets de l’infrastructure urbaine en général,

  • des robots-véhicules ont mis leurs nez dans tous les coins du monde et ont cartographié des villes entières, des rues…

Un seul problème demeurait : comment pénétrer les maisons des citoyens, les sous-sols, les casernes et ainsi de suite ? Et voilà que Niantic lance un jeu génial et viral basé sur le principe de la réalité augmentée. Une fois qu’il l’a installé et qu’il a lui autorisé l’accès à sa caméra, son microphone, son gyroscope, son GPS et tous ses appareils connectés, le smartphone de l’utilisateur se met à vibrer et signale que plusieurs Pokémon se trouvent à proximité.

Que se passe-t-il ensuite ? L’application vous félicite pour votre premier succès parce qu’elle sait comment il est important pour le joueur d’être encouragé. Puis, elle requiert que vous filmiez vos premiers Pokémon captés de tous les angles — et obtient donc les photos de votre appartement en détail, y compris les coordonnées et l’angle d’inclinaison du smartphone.

Félicitations ! Il semble que vous venez de filmer votre appartement, les services secrets vous seront certainement reconnaissants…

Quand vos données personnelles deviennent  « un actif de l’entreprise »

À propos, les règles d’utilisation qu’il faut accepter pour installer le jeu recèlent d’informations intéressantes. Ainsi, Niantic vous informe en ces termes officiels:

« Nous coopérons avec le gouvernement, les autorités compétentes ou des parties privées pour appliquer et respecter la loi. Nous pouvons divulguer toute information vous concernant (ou votre enfant autorisé) en notre possession ou sous notre contrôle au gouvernement, aux autorités compétentes ou aux parties privées dans le cas où, à notre seule discrétion, nous le penserions nécessaire ou approprié. »

Les développeurs précisent à quelles fins ils peuvent le faire :

« (a) pour répondre aux réclamations et à toute procédure juridique (y compris des citations à comparaître) ;

(b) pour protéger notre propriété, nos droits et notre sécurité et la propriété, les droits, et la sécurité d’un tiers ou du public en général ;

(c) pour identifier et arrêter toute activité que nous considérerions illégale, contraire à l’éthique, ou passible d’actions en justice. »

Mais qui lit les règles de l’utilisation ? On appuie sur « J’accepte » et on se dépêche de lancer le jeu.

Pourtant, les règles s’avèrent être une lecture bien excitante. Elles signalent par exemple que les serveurs de Pokémon Go enregistrent automatiquement certaines informations sur la façon dont une personne utilise ses services et s’en sert pour administrer ces services et analyser (petit détail : ils peuvent recourir à des tiers pour effectuer cette analyse).

Et cerise sur le gâteau :

« Les informations que nous collectons auprès de nos utilisateurs, y compris les données à caractère personnel, sont considérées comme un actif de l’entreprise. »[1]

Notes:

[1] En même temps, tout ça n’a pas grande importance : des cons auront connement transmis des photos de leur espace intime à d’autres cons qui ne sauront qu’en faire, mais se gargariseront comme des cons d’avoir accumulé par effraction des données privées. Entre cons…