Denis Robert à propos des Panama Papers : « Ne vous étonnez pas si on est debout la nuit »

photo_denis_robert_gp1.jpg

Trouvé sur la page Facebook de Denis Robert — le journaliste “lanceur d’alerte” de l’affaire Clearstream —, un commentaire incendiaire sur l’affaire des Panama Papers et sur “l’étonnement” de ceux qui font mine de découvrir et de s’offusquer du problème. Voici sa diatribe in extenso (NB : j’ai juste un peu aéré la mise en forme).


J’ai vu “Cash Investigation” hier, me suis tapé les flashs des chaînes tout info et le “Grand Soir 3”, je regarde les titres dans les kiosques à journaux… “Panama papiers, l’onde de choc”…

Comment vous dire? Comment vous dire ce que je ressens sans passer pour un cuistre ou un donneur de leçon ? Quand même… Des panaméennes à Panama ?!!! Houlala. Des banques françaises avec des filiales dans les paradis fiscaux ?!!! Houlalalalala…

Et Sapin (le ministre, il ressemble de plus en plus à Gorbachev, non ?) qui vient s’émouvoir sur le sort des lanceurs d’alerte. Qu’est ce que tu as glandé mec depuis deux années qu’on t’explique que c’est grave? Qu’est ce que tu as fait pour Antoine Deltour[1]  ? Pour Hervé Falciani[2]  ? Pour Stéphanie Gibaud[3]  ?

Et — au hasard et en passant — pour moi qui me suis tapé 63 procès pour dénoncer en gros la même chose (off shore, banques françaises avec filiales dans les paradis fiscaux, effacement des traces des transactions, etc) ? Rien mec. Pas bougé le petit doigt. Resté planqué dans ton ministère à user de ta langue de baobab.

Et la droite qui la ferme avec le souvenir précis de son petit roitelet — le Sarkozy — qui nous avait juré craché que c’était fini les paradis fiscaux. Quel connard ! Quel immense connard, gargantuesque, godmansachseste connard !

Et le FN — les poches pleines, les yeux vides — qui nous sort le grand air de la manip. Et Hollande qui fronce les sourcils, pire qu’une marionnette de South Park. Bientôt ce sera Juncker, vous verrez…

Les journalistes — en tête ceux du Monde — découvrent la Lune. Les politiques nous enfument. Il y a quelque chose de lamentable dans cet embrasement. De réjouissant, quand on voit des types comme Balkany ou Me Claude l’associé fraudeur de Sarkozy fuir les caméras… Mais quand même de lamentable.

Pourquoi les journalistes ont-ils tant attendu ? Pourquoi les politiques — Hollande en tête avec son foutu discours du Bourget — n’ont-ils pas bougé le petit doigt quand — tiens prenons celle-là — l’affaire Luxleaks est sortie. Rien. Pas un soubresaut.

Alors, bon. Ne vous étonnez pas si on est debout la nuit. On va bientôt venir vous chatouiller les doigts de pieds. On n’est pas pour les têtes à couper. Limite, le goudron et les plumes. Allez le téléphone sonne, c’est France Infos. Demain Grenoble, les mecs. Pour une conférence à 19h30. Si j’arrive à prendre mon train.

Il y a Merkel et Hollande à deux pas de chez moi à Metz. Toutes les rues sont bloquées. C’est un peu comme Achille Zavatta et ses fauves. En moins rigolo.

Notes:

[1] Antoine Deltour, lanceur d’alerte de l’affaire Luxleaks, poursuivi par la justice Luxembourgeoise.

[2] Hervé Falciani, lanceur d’alerte de l’affaire des évadés fiscaux de la banque HSBC, arrêté et emprisonné en raison du mandat d’arrêt international suisse.

[3] Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte dans l’affaire du blanchiment de fraude fiscale en bande organisée par la banque UBS, placardisée par les entreprises privées et par l’État français après ses révélations.